Essai de la Peugeot 508 : la plus sexy des berlines tient-elle ses promesses ?

Essai auto de la Peugeot 508

Lorsque la nouvelle Peugeot 508 est apparue en 2018, elle a impressionné tout le monde. Son style très affirmé et plein de caractère a séduit massivement. Déclinée en berline et en break, la gamme s’est progressivement enrichie de nouvelles versions, dont la redoutable PSE, le modèle sportif hybride rechargeable de 360 chevaux. Mais la Peugeot 508 a-t-elle un plumage à la hauteur de son ramage ? Découvrez notre essai auto de la Peugeot 508 pour le savoir.

Peugeot 508 : une descendance surprenante

Élue voiture de l’année 2018, la Peugeot 508 a fait un retour remarqué dans le paysage automobile. La volonté de la marque au lion, c’était de toiletter l’image vieillotte de la berline tricorps. Un pari largement réussi, à coups d’innovations stylistiques, de richesse technologique et bien sûr d’une finition soignée. Les volumes de vente sont assez mitigés, avec 6 893 exemplaires écoulés en 2019, ce qui en a fait la 43e voiture vendue en France. Elle demeure bien loin derrière les Mercedes Classe C et Skoda Octavia. Mais est-ce cela le plus important ? La marque au lion promet un véritable plaisir de conduite. Et si l’aspect visuel séduit immédiatement, nous avons vérifié si la nouvelle Peugeot 508 tient ses promesses sur route.

Poste de conduite de la Peugeot 508

Au volant de la nouvelle Peugeot 508

Lorsque l’on prend place à bord de la Peugeot 508, on remarque tout de suite la bonne assise, idéale pour conduire. Les réglages électriques des sièges permettent d’avoir la meilleure position. Avant de parler du ressenti de conduite, récapitulons l’offre moteur disponible sur cette berline made in France :

  • PureTech 130 : associé d’office à la boîte automatique EAT à 8 rapports, ce petit moteur essence se montre économique à l’usage, avec une consommation mixte à 5,8 litres aux 100 kilomètres. Bien que peu puissant, il offre un agrément de conduite convenable, notamment en ville avec de bonnes reprises. S’il échappe au malus écologique, il peine sur autoroute ;
  • BlueHDi 130 : ce petit moteur Diesel est lui aussi disponible exclusivement avec la boîte de vitesses automatique. Peu puissant, il dispose d’une bonne réserve de couple, ce qui est idéal pour l’autoroute avec une consommation à 4,6 litres aux 100 kilomètres. Mais oubliez toute once de sportivité ;
  • Hybrid 225 : cette version hybride rechargeable offre 225 chevaux de puissance sur les roues avant uniquement. Le système étant rechargeable, la consommation mixte n’est que de 1,3 litre aux 100 kilomètres avec une autonomie de 54 kilomètres en mode 100 % électrique ;
  • Hybrid 360 : cette version gagne un moteur électrique supplémentaire, ce qui autorise la transmission intégrale. La puissance est généreuse, tout en bénéficiant d’une consommation mixte de seulement 1,8 litre aux 100 kilomètres. Cette version sportive dispose de plusieurs modes de conduite dont le mode Sport, qui permet d’obtenir la puissance maximale.

Le plus petit moteur, le 3-cylindres essence, de 130 chevaux se montre agréable et silencieux avec des reprises correctes et un comportement agréable. La direction est d’une grande précision, l’amortissement est légèrement ferme tandis que l’on découvre un freinage mordant. La boîte de vitesses automatique à 8 rapports est une merveille d’ingénierie. Elle est réactive, plaisante, avec plusieurs modes de conduites qui en modifient l’étagement. Bruyante et vibrante, la version Diesel de 130 chevaux également se montre moins plaisante, surtout en ville… C’est tout l’inverse des versions hybrides. Pour ces dernières, le mode manuel de la boîte de vitesses est désespérément lent. L’équilibre entre électrique et thermique étant complexe, il est donc préférable de laisser la boîte gérer seule.

Le petit volant offre une bonne prise en main. Sur les routes dégradées, les suspensions pilotées font des miracles, en conservant un bon dynamisme. Sans surprise, la version PSE de 360 chevaux est de loin la plus impressionnante. Avec ses 360 chevaux, elle parvient à offrir un plaisir de conduite assez unique. Malgré une masse élevée, elle se montre joueuse, avec un train arrière très mobile, des accélérations franches… Mais elle s’appréhende davantage comme une berline dynamique plutôt qu’une berline sportive.

Profil de la Peugeot 508

La Peugeot 508 est donc une berline qui tient ses promesses. On peut malgré tout regretter la faible puissance des versions thermiques. Avec 130 chevaux, elles ne permettent pas d’offrir un agrément suffisant pour les gros rouleurs. L’hybride de 225 chevaux, stricte traction, est un bon compromis.

On notera que la recharge des versions hybrides rechargeables est facile et plutôt rapide. La batterie de 11,8 kWh peut se recharger en moins de 2 heures avec une Wallbox personnelle, afin de délivrer une autonomie électrique supérieure à 50 kilomètres. Idéal pour faire un maximum d’économies et tenir la promesse d’une consommation inférieure à 2,0 litres aux 100 kilomètres !

À bord de la nouvelle Peugeot 508

Pour la Peugeot 508, la marque au lion offre trois finitions bien distinctes pour sa gamme, ainsi que la version PSE de 360 chevaux, qui dispose de sa propre finition éponyme.

  • Active Pack : cette finition offre déjà l’accès mains libres, les rétroviseurs électriques, les jantes alliage de 16 pouces, la climatisation bi-zone, le volant en cuir et des habillages intérieurs d’aspect carbone. On trouve aussi les compteurs numériques i-Cockpit et un écran tactile central de 8 pouces. C’est donc une entrée de gamme richement dotée ! ;
  • Allure Pack : la finition Allure Pack intègre les optiques Full LED, le pack Drive Assist Plus, les vitres surteintées, une sellerie exclusive, l’éclairage d’ambiance et les crocs lumineux sous les phares ;
  • GT : la finition GT est plus sportive dans sa présentation avec des jantes alliage 18 pouces, les sièges avant chauffants, le système Hi-Fi Focal et des sièges partiellement en cuir surpiqué ;
  • PSE : la branche sportive apporte un kit carrosserie exclusive, des jantes alliage de 20 pouces, une sellerie en cuir et alcantara, le hayon électrique, la reconnaissance des panneaux de signalisation, des peintures de carrosserie exclusives et des suspensions pilotées. Elle incarne le haut de gamme et se concentre autour d’une unique motorisation hybride rechargeable de 360 chevaux.

Peugeot a dernièrement standardisé sa gamme en supprimant les finitions les moins désirées jusque-là. L’assise est bonne, avec un bon maintien, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. La planche de bord est toujours aussi impressionnante avec une orientation vers le conducteur. Le système i-Cockpit séduit par la finesse de ses pixels, sa réactivité et l’ambiance qu’il dégage. La finition, bien que perfectible par endroits (notamment les parties basses) marque un réel progrès d’ensemble. Pourtant, l’espace arrière pourrait être plus généreux, la faute à un empattement légèrement raccourci par rapport au précédent opus. Une option incontournable ? Le toit ouvrant panoramique, qui inonde de lumière l’habitacle plutôt austère.

Intérieur de la Peugeot 508

La finition Active Pack, qui constitue l’entrée de gamme actuelle, se montre déjà richement dotée et convaincante. Seul son style plus classique pourrait rebuter. L’Allure Pack est très probablement le modèle le plus recommandable. Elle se montre plus flatteuse d’aspect et embarque tout le nécessaire pour voyager confortablement avec notamment les optiques à LED, ce qui change la vie à ceux qui conduisent la nuit ! Si vous avez envie de vous faire plaisir avec une belle finition, la GT est alors un très bon choix. Elle offre une ambiance encore plus raffinée avec notamment une superbe sellerie en cuir et un système audio très abouti.

Peugeot 508 : un renouveau époustouflant

Longue de 4,75 mètres, large de 1,86 mètre et haute de 1,40 mètre, la Peugeot 508 se positionne à mi-chemin entre le segment des berlines et celui des routières. Une ambivalence qui lui permet d’offrir un généreux volume de coffre de 487 litres, accessible depuis un hayon électrique et une parfaite accessibilité à bord.

Coffre de la Peugeot 508

Au niveau du style, on découvre un avant très racé, avec de belles optiques à fond noir. Les crocs à LED ont d’abord surpris avant de séduire. Ils dessinent pourtant superbement la silhouette. La calandre parsemée de détails chromés renforce cette impression de qualité tandis que le logo 508 appliqué sur le bout du capot fait écho aux modèles du passé. Le profil est superbement dessiné, avec de jolis galbes qui prennent admirablement bien la lumière. Le vitrage sombre et les grandes jantes renforcent cette impression. Le dessin est dynamique et rappelle le concept des « coupés 4 portes », avec un pavillon fuyant tout en conservant le hayon. À l’arrière, le bandeau de feux renforce la modernité, avec une signature lumineuse identifiable à trois points. Une vraie réussite cette Peugeot 508 !

Feu arrière de la Peugeot 508

La Peugeot 508 face à ses concurrentes

Cela fait des années déjà que le segment des berlines familiales est « malade ». La demande diminue grandement si bien que bon nombre de constructeurs ont choisi de déserter ce segment. La Peugeot 508 de deuxième génération y apporte un renouveau bienvenu. La concurrente directe, c’est la Renault Talisman, mais sa carrière vient de s’arrêter. Les vraies rivales sont allemandes et italiennes. On y trouve notamment l’Audi A4, la Mercedes Classe C, la BMW Série 3 ou encore l’Alfa Romeo Giulia. Par rapport à ses concurrentes, la Peugeot 508 est assez bien placée au niveau de son prix, tout comme ses équipements. Plutôt pratique, elle séduit aussi par son style très affirmé. Néanmoins, ses performances sont plutôt faibles dans la catégorie. Les versions thermiques de 130 chevaux ne peuvent tenir tête aux reines de la catégorie. Quant à la version PSE, elle joue la carte de l’efficience avant celle de la sportivité pure. Un pari audacieux, non suivi par les rivales. La Peugeot 508 peut donc sans problème tenir tête aux reines du segment !

Calandre de la Peugeot 508

Notre bilan de l’essai de la nouvelle Peugeot 508

Bien dessinée, bien construite et pertinente, la nouvelle Peugeot 508 frappe fort ! Alors bien sûr, elle n’est pas parfaite. On peut lui reprocher des motorisations thermiques peu attrayantes et une entrée de gamme qui aurait pu être plus élégante dans sa présentation. Malgré tout, la marque a réussi son pari de redorer l’image de la berline familiale. Au volant, il n’y a pas de mauvaise surprise, on retrouve la rigueur de Peugeot, l’efficacité du châssis et le dynamisme des trains roulants. Même faiblement motorisée, la Peugeot 508 se montre plaisante à conduire. Si l’insonorisation progresse, l’habitabilité aurait pu être meilleure à l’arrière… Mais c’était la concession à faire pour s’offrir cette iconique ligne fastback

Pour ne rien manquer de la gamme Peugeot, découvrez nos essais auto de la Peugeot 208, des SUV 3008 et 5008.

Commentez cet article