Essai de la Renault Clio : un renouvellement timide mais bien réel !

Essai auto de la Renault Clio

En 1990, Renault remplaçait la Supercinq par la Clio. Un nouveau modèle compact qui s’est rapidement imposé comme un best-seller, s’appropriant régulièrement la première place des ventes en France ! Trois décennies plus tard, la cinquième génération de Renault Clio est au catalogue. Mais tient-elle ses promesses ? Est-elle toujours aussi compétitive ? C’est ce que nous avons voulu vérifier à l’occasion d’une prise en main de la gamme. Découvrez notre essai auto complet de la Renault Clio.

La Renault Clio : une longue histoire…

La Renault Clio 5 est apparue au catalogue de la marque au losange en 2019. Lors de sa présentation, un malaise s’est rapidement installé puisque beaucoup ont pensé à un simple restylage de la Clio 4. En réalité, c’est une voiture entièrement nouvelle qui est présentée, bien que sa ligne s’inspire clairement de son aïeule. Cette nouvelle génération entend bien conserver le succès des modèles précédents. Écoulée à plus de quinze millions d’exemplaires depuis son lancement en 1990, la Clio est une véritable institution à elle seule.

Pour ce nouvel opus, Renault a choisi de proposer une unique carrosserie cinq portes, tout en proposant des couleurs chatoyantes et tendances, mais aussi un large choix de motorisations de dernière génération particulièrement économique au quotidien. Pour la première fois, un moteur hybride est proposé. Malheureusement, la Clio R.S. n’a pas été reconduite, au grand dam des amateurs de voitures sportives, conquis par l’efficacité des châssis Renault Sport. Malgré tout, la Renault Clio 5 peut compter sur son capital sympathie pour toucher son public. Mais est-ce suffisant ? Vérification sur la route.

Volant de la Renault Clio

Au volant de la Renault Clio

Afin de toucher un public large, la Renault Clio 5 se décline dans une multitude de motorisations. Un choix intéressant qui mise aussi bien sur des motorisations thermiques traditionnelles, que l’hybridation et même le GPL. Initialement abandonné, le moteur Diesel a finalement été installé sous le capot de la Clio 5.

  • 1.0 SCe 65 : moteur 3-cylindres essence atmosphérique, exclusivement disponible sur l’entrée de gamme, avec une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports. Comptez une consommation de 5.2 litres aux 100 kilomètres. Cette motorisation faiblarde se destine à un usage urbain, en raison de sa faible puissance ;
  • 1.0 SCe 75 : tout comme le précédent, ce petit moteur essence de 75 chevaux s’apprécie davantage en ville où l’agrément est suffisant. Sa consommation de 5,4 litres aux 100 kilomètres est appréciable, tout comme l’étagement de sa boîte de vitesses manuelle à 5 rapports ;
  • 1.0 TCe 100 : ce cœur de gamme dispose d’un moteur 3-cylindres essence turbo de 100 chevaux qui peut être associé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports ou automatique CVT (X-Tronic). C’est un moteur agréable et très souple, qui se montre économique avec une consommation de seulement 4,4 litres aux 100 kilomètres (5,1 en boîte auto). Très souple, il permet de s’aventurer hors des villes sans difficultés ;
  • 1.0 TCe GPL 100 : ce même moteur peut être équipé d’un réservoir de GPL de série. La puissance demeure à 100 chevaux tandis que la consommation reste à 4,6 litres aux 100 kilomètres tout en bénéficiant d’un carburant à petit prix.
  • 1.3 TCe 140 : cette fois, il s’agit d’un moteur 4-cylindres essence turbocompressé d’une puissance de 140 chevaux, associé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Consommant seulement 5,4 litres aux 100 kilomètres, il se montre à la fois performant et à l’aise dans toutes les situations. Sur autoroute, les dépassements sont faciles ! ;
  • 1.6 e-Tech Hybrid 140 : la Clio hybride associe un moteur 4-cylindres atmosphérique à un alterno-démarreur et un petit moteur électrique. La puissance combinée de 140 chevaux n’en fait pas une sportive pour autant. Cette Clio s’apprécie principalement pour sa consommation de 4,3 litres aux 100 kilomètres. Elle reçoit d’office une boîte de vitesses automatique multi-modes ;
  • 1.5 Blue dCi 100 : enfin, le 4-cylindres turbo Diesel de 100 chevaux remplace les précédentes versions de 85 et 115 chevaux. C’est un moteur automatiquement combiné à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Il s’apprécie pour son agrément et se destine à ceux qui roulent beaucoup, surtout sur route et autoroute.

Poste de conduite de la Renault Clio

Derrière le volant, la Renault Clio offre un toucher de route plutôt agréable, avec un tempérament sécurisant. Elle se montre prévenante, en offrant un amortissement confortable. Pour autant, la prise de roulis est minime, ce qui est appréciable. Ses différentes boîtes de vitesses, bien étagées, en font une voiture facile à conduire et très agréable, même sur les longs trajets. La finition R.S. Line, qui apporte davantage de fermeté dans son comportement, n’est pas sportive pour autant. Ce surplus de fermeté séduira ceux qui aiment la conduite plus dynamique.

Mieux insonorisée que sa devancière, la Clio 5 dispose de nombreuses aides à la conduite, dont un régulateur de vitesse parfaitement calibré, qui permet d’avoir une conduite plus douce et apaisée. La Clio conserve donc ce qui fait son charme depuis plus de trente ans : une simplicité apparente, un agrément plaisant et le sentiment d’avoir une voiture à l’aise sur tous les terrains.

Néanmoins, pour profiter pleinement de l’agrément de la citadine Renault, évitez les moteurs SCe de 65 et 75 chevaux. Hors des villes, ils montrent très vite leurs limites et la consommation peut donc augmenter assez fortement, malgré l’allonge des deux derniers rapports de la boîte de vitesses.

Sièges arrière de la Renault Clio

À l’intérieur de la Renault Clio : l’effet « Wahou »

Si le style évolue plus subtilement, la Renault Clio 5 marque une vraie évolution dans son habitacle. Elle gagne des touches de couleur, ce qui donne une ambiance plus agréable encore. Mais surtout, l’intérieur se montre beaucoup plus qualitatif, avec des ajustements plus rigoureux et un nouvel écran de 9,3 pouces, en position verticale, qui apporte l’interface connectée Easy Link. Une dotation très honnête dans la catégorie puisque l’on peut trouver, dans les finitions intermédiaires et hautes, l’aide au maintien dans la voie, une caméra de stationnement à 360°, le démarrage sans clé, les compteurs numériques Smart Cockpit ou encore le chargeur à induction pour smartphone.

La Renault Clio 5 offre par ailleurs un habitacle relativement spacieux pour la catégorie. Si elle propose cinq places, la cinquième se destine avant tout à un enfant. L’espace est plutôt généreux, avec un bon espace aux jambes, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière et des commandes bien disposées. L’empattement de 2,58 mètres est idéal pour le segment des citadines d’environ 4 mètres de long. Par ailleurs, son volume de coffre, de 366 à 391 dm3, se montre très satisfaisant et idéal pour couvrir les besoins quotidiens d’une petite famille. Les rangements sont suffisamment nombreux, malgré de petits vide-poches. Bref, une voiture dans laquelle on se sent bien.

La gamme se compose de plusieurs finitions dont l’entrée de gamme Zen, qui se destine aux urbains qui désirent un modèle accessible, sans un intérêt particulier pour la technologie. La finition Limited apporte les jantes alliage de 16 pouces, les feux automatiques et le radar de recul. La finition Intens se caractérise par le démarrage sans clé, la navigation GPS intégrée ou encore divers habillages intérieurs qui améliorent le rendu. Avec la finition RS Line, vous gagnez un style plus sportif, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, mais aussi bon nombre d’équipements de confort, comme le volant en cuir. Quant à la Clio Lutecia, elle incarne le haut de gamme, en proposant de série tout ce qui se fait de mieux.

Arrière de la Renault Clio

Design et look extérieur de la Renault Clio

La Clio 5 affiche une longueur de 4,05 mètres, pour 1,80 mètre de large et 1,44 mètre de haut. Au niveau du style, elle se caractérise par ses optiques entièrement redessinées, intégrant la fameuse virgule à LED. Le design est dynamique dans sa présentation, mais sans être agressif pour autant. La belle palette de couleurs donne des rendus plutôt chics. Notons que la calandre s’est affinée tandis que le capot gagne des nervures.

Le profil est similaire à celui de la Clio 4. La trappe à essence ronde, peu gracieuse, manque de finesse. Les poignées de porte arrière sont intégrées dans le montant C tandis que les bas de caisse sont habillés d’un enjoliveur chromé. À l’arrière, nous découvrons de nouvelles optiques à LED, bien dessinées. Ce hayon joue beaucoup avec l’éclairage pour offrir un rendu séduisant. Sans être révolutionnaire dans sa présentation, la Clio 5 se montre agréable. Mais est-ce suffisant face à la concurrence ?

Comment se place la Renault Clio par rapport à ses concurrentes ?

Face à la Renault Clio 5, la concurrence est importante. Sa rivale principale, c’est bien sûr la nouvelle Peugeot 208. Et là, la marque au lion a mis le paquet avec un style très affirmé qui marque un réel bond en avant, à tous les niveaux. Face à elle, la Clio paraît quelque peu terne… Nous trouvons aussi la Citroën C3, restylée dernièrement, mais plus effacée. En réalité, la vraie concurrente de la Clio n’est autre que la Dacia Sandero. Malgré un positionnement plus low cost, la franco roumaine joue dans la cour des grands en proposant un positionnement séduisant à tous les niveaux. Nous trouvons aussi les Ford Fiesta, Opel Corsa et autres Nissan Micra, mais qui demeurent plus loin en matière de volumes de vente.

Dans l’ensemble, la Renault Clio s’en sort plutôt bien face à la concurrence. Assez bien placée d’un point de vue tarifaire, elle dispose de solides arguments, dont une certaine praticité et une offre de motorisations très développée. Ce qui lui manque ? Peut-être un petit peu d’audace…

Ce que nous avons retenu de cet essai

Parler d’une légende telle que la Renault Clio, ce n’est pas une mince affaire. On imagine assez bien la complexité des ingénieurs et designers Renault qui ont dû trouver un consensus entre modernité, innovation et authenticité. Sans être excellente, la cinquième génération est un produit abouti et agréable à conduire et à vivre. Sur la route, elle propose un agrément de conduite sécurisant et apaisant. Tout ce que l’on peut attendre d’une voiture en 2021 est présent… Mais à vouloir être trop « normale », la Clio perd en originalité et face à la Peugeot 208, elle a tristement perdu sa place de reine des ventes en France.

Envie d’en savoir plus sur la gamme Renault ? Découvrez notre essai auto de la Renault Twingo, du nouveau Renault Arkana, du Renault Captur, de la berline compacte Mégane et du Renault Kadjar.

Commentez cet article