Quel risque d’acheter une voiture tricheuse, liée au Dieselgate de Volkswagen ?

L'achat d'une voiture liée au scandal Dieselgate

Tricheuse, le mot est fort pourtant c’est bien l’adjectif qui peut qualifier une voiture touchée par l’affaire « dieselgate ». Depuis que le scandale a éclaté en 2015, plusieurs millions de voitures diesels ont été concernées par le rappel pour une remise aux normes. La question qui se pose maintenant est de savoir s’il est judicieux d’acheter une de ces voitures en occasion ?

Petit rappel

Tout a commencé aux États-Unis lorsque l’EPA ou l’agence américaine de protection de l’environnement a détecté sur deux modèles de voitures appartenant au groupe Volkswagen (Passat 2013 et Jetta 2012) la présence d’un algorithme intelligent capable d’influencer les émissions polluantes lors des tests d’homologation. Plusieurs enquêtes ont été menées partout en Europe, ce qui a fait tomber bien des têtes. À côté des grosses amendes infligées au groupe, un rappel de tous les véhicules concernés a été entrepris par de nombreux pays, dont la France.

D’après les constats, ce sont les moteurs diesel ayant fait l’objet d’une normalisation de pollution (Euro5) qui en sont touchés. S’agissant entre autres des moteurs type EA288 et EA189, soit les 1,2 TDI 3 cylindres, 2.0 TDI 4 cylindres et 1.6 TDI. Selon l’estimation, ce sont plus de 11 millions de voitures dont 62 % appartiennent à Volkswagen, 20 % à Audi, 11 % à Skoda et 7 % à Seat qui sont mouillés.

« Oui » selon les explications du groupe Volkswagen

Selon les explications du groupe Volkswagen, la mise à jour du logiciel tricheur n’altèrera en rien les performances de l’ensemble du moteur. Il a précisé que ni la consommation en carburant, ni les émissions de CO2 et encore moins les émissions sonores ne subiront pas de changement.

Afin de confirmer ces allégations, des organismes indépendants se sont lancés dans des tests. Ainsi, le magazine Auto Plus s’est dépêché pour chercher la petite bête en testant les performances d’une Golf 6 remise à jour. Elle est dotée d’un moteur 1.6 TDI 105 avec au compteur 95 000 km. Le verdict ? Pas de souci sur la consommation, l’équipe a même remarqué une amélioration du régime.

Est-ce une coïncidence, une chance inouïe ? En tout cas, la grande majorité des propriétaires qui ont dû se rendre dans des garages pour une correction de leurs autos ont témoigné de leurs déboires après l’opération.

Des clients mécontents, Volkswagen a réagi

Sur les forums, les témoignages des propriétaires de véhicules remis aux normes relatent à peu près tous les mêmes faits : constatation d’une perte de puissance des véhicules, affichage des messages d’alerte, allumage des voyants, mouvement saccadé, etc.

Parfois, les clients font des allers-retours chez le garagiste pour vérifier ce qui cloche vraiment. Et souvent, le souci vient de la vanne de circulation des gaz d’échappement (vanne EGR) ou des injecteurs.

En réagissant aux plaintes des propriétaires de voitures tricheuses, Volkswagen a lancé une « mesure de restauration de la confiance client » en 2017. Son objectif ? La prise en charge de tout ou partie des frais de réparation liés à la remise aux normes. Les conditions ?

  • modèles Volkswagen, Skoda, Audi, Seat équipés de moteurs diesel type EA189
  • voitures de moins de 250 000 km au moment de sa mise en œuvre
  • historique d’entretien complet
  • remise aux normes auprès d’un garage agréé de la marque

 

Encore sur les forums de discussions, certains clients ont affirmé qu’ils ont été pris en charge à 90 %, voire à 100 %. Un certificat de remise en conformité est donné au client pour justifier l’intervention.

Quid des propriétaires qui refusent de mettre à jour leurs voitures ?

Sur le plan juridique, le client n’est, pour le moment, pas obligé de faire corriger le logiciel truqué de sa voiture. Il y a des cas, surtout en France, où les clients refusent de signer l’autorisation de renvoyer leur véhicule au garage par crainte d’un éventuel souci mécanique « irrémédiable ».

On pourrait donc en déduire qu’à l’achat de l’occasion, ces véhicules n’ayant pas été remis à jour ne présentent pas de soucis mécaniques. Ils fonctionneront toujours bien.

Selon les explications du corps judiciaire de l’Automobile Club Association, la situation pourrait se compliquer lors du contrôle technique de la voiture, puisque celle-ci ne pourrait plus répondre aux normes anti-pollution. Donc, si jamais les forces de l’ordre vont effectuer un contrôle, une amende sera infligée et la voiture sera immobilisée jusqu’à ce qu’il se fasse reprogrammer.

Conclusion

Voilà ! Les faits vous sont étalés. Maintenant, il ne vous appartient plus que de choisir si oui ou non vous allez acheter une voiture tricheuse.

« Tricheuse » implique deux options :

  • l’achat d’un véhicule tricheur rappelé : vous avez une chance minime de tomber sur un modèle qui ne rencontre pas de problèmes mécaniques.
  • l’achat d’un véhicule tricheur non remis à jour : vous vous retrouverez avec un véhicule peu écologique. Et au pire des cas, vous risquez de passer tout de même par un garage pour une remise aux normes après un contrôle technique (retour donc au premier cas).

Un petit bonus pour vous réconforter, le marché du diesel de l’occasion se porte assez mal. Et pour les acheteurs, c’est l’occasion de profiter des bonnes affaires. Mais est-ce rentable si l’on considère les éventuelles réparations à venir ?

Rédigé par
La Rédaction
Commentez cet article