Connue pour être la deuxième marque productrice de pneumatiques aux USA, Cooper Tire semble aujourd’hui dans une bien mauvaise posture. Depuis sa création en 1913, la marque américaine n’a pourtant cessé de voir son chiffre d’affaires augmenter au fur et à mesure des années grâce à la qualité et à la robustesse des produits qu’elle commercialise aujourd’hui partout dans le monde. Cependant, depuis l’annonce du rachat de la marque par la société indienne Apollo Tyres, les difficultés s’accumulent. Explications.

Pneu Cooper TireUn projet de fusion qui s’envenime

C’est en juin dernier que l’annonce du rachat de la société américaine Cooper Tire par l’entreprise indienne Apollo Tyres avait été diffusée dans les médias. Cette dernière avait proposé un chèque d’un montant de 2,5 milliards de dollars soit environ 1,8 milliard d’euros soit la plus importante acquisition d’une firme indienne aux États-Unis. Tout semblait très bien se dérouler jusqu’au début du mois d’octobre 2013 où la signature de cette entente voit s’ériger devant elle de nombreux obstacles.

En effet, à ce jour, les deux parties ne semblent toujours pas d’accord sur le prix de la transaction puisque les salariés de Cooper Tire sont pour la plupart contre cet achat et multiplient les mouvements sociaux, tandis que les actionnaires d’Apollo demandent quant à eux une réévaluation de la fusion à la baisse suite à ces nombreuses grèves. Difficile de trouver un accord équitable dans cette situation qui semble maintenant bloquée depuis plus d’un mois. Les dirigeants ont quant à eux jusqu’à la fin de l’année pour régler leurs différends et donc trouver un juste compromis qui pourra satisfaire les deux parties.

En s’étant illustré à travers de nombreuses compétitions de F1 en devenant notamment le fournisseur officiel de 2005 à 2008 de l’A1 Grand prix, l’entreprise Cooper Tire & Robber Company est aujourd’hui dans une bien fâcheuse situation qui va peut-être la pousser à devoir réaliser des concessions financières importantes. Aujourd’hui, l’affaire qui a été portée devant le tribunal de Delaware semble toujours dans l’impasse… Affaire à suivre !