Les garanties sur les voitures d'occasion

Au royaume des garanties, les véhicules d’occasion sont injustement mal lotis, vraiment mal lotis. Et pour cause ! Très peu d’acheteurs connaissent l’existence de certaines garanties propres à couvrir leur acquisition dans bien des circonstances. L’ignorance n’est certes pas un crime, mais dans le cas d’espèce, elle peut faire mal à votre portefeuille. Assurez donc l’achat de votre voiture d’occasion en découvrant ces garanties, hic et nunc !

Les champs d’action de la garantie contractuelle

La prochaine fois que vous entendrez une personne affirmer qu’une voiture d’occasion n’offre aucune garantie, montrez-lui ce qu’est une garantie contractuelle. Aucune disposition juridique ne les y oblige, mais tous les professionnels la proposent. Pourquoi ? En raison de son poids vendeur. Pour en profiter, sachez qu’elle peut s’étendre sur une durée de 6 mois à 24 mois pour des modèles récents. Quant aux pièces couvertes, elles varient selon les contrats. Si la voiture accuse un âge plutôt avancé, la garantie contractuelle n’excède pas les 6 mois et s’établit en général à un seuil de 3 mois. Maintenant que vous êtes averti, ouvrez votre troisième œil et déposez cet argument dans la balance pour négocier le prix des véhicules garantis par les vendeurs d’occasions.

La garantie légale de conformité, vous connaissez ?

Ici, au contraire de la garantie précédente susceptible d’être accordée par des particuliers, la garantie légale de conformité se rapporte uniquement aux vendeurs professionnels. C’est une disposition énoncée par le Code de la consommation en son article L. 211-4. Elle protège l’acheteur des éventuels défauts de conformité du véhicule avec la description fournie par le vendeur. Par exemple, vous constatez l’absence de certains équipements alors qu’ils font partie intégrante de la finition indiquée par le vendeur. L’évocation de cette garantie, qui court sur une période de 2 ans à partir du moment de la vente, vous permet de contraindre le vendeur à assumer ses responsabilités. Utile à savoir, non ?

À l’encontre d’un vendeur indélicat, brandissez la garantie légale contre les vices cachés

Cette garantie-ci s’applique dans deux cas de figure. On l’oppose au professionnel qui, tout en dissimulant des défaillances du véhicule, vous le cède comme si elles n’existaient pas. En découvrant le subterfuge, vous avez le droit d’obliger l’indélicat à vous indemniser. Voilà ce qu’il en est dans le contexte d’une vente réalisée par un spécialiste. Avec un particulier en revanche, vous devez prouver qu’il a caché les défauts en connaissance de cause. En effet, la loi lui accorde cette circonstance atténuante, car il peut ignorer de bonne foi le vice détecté. Le professionnel lui, en raison de son expertise, est réputé savoir.

Quelles actions concrètes pouvez-vous engager ?

Excepté la garantie contractuelle, les couvertures ouvrent la voie à une action en justice pour réclamer le paiement de dommages et intérêts. Par conséquent, prenez soin de conserver précieusement tous les documents relatifs à l’échange. Au moment venu, il vous suffira de constituer un dossier bien solide que vous introduirez au Tribunal de grande instance pour faire jouer en votre faveur ces garanties sur les voitures d’occasion.