Prime à la casse 2018 : nouveautés, changements, conditions d'obtention

Qarson vous aide à tirer profit du nouveau dispositif de la prime à la conversion

 

Mis en place originellement par Nicolas Sarkozy entre 2008 et 2010, le principe de « la prime à la casse » est revisité par le Gouvernement depuis le 1er janvier 2018 pour accompagner son fameux « plan climat ». Le nouveau dispositif propose quelques petites révolutions qui ne devraient pas laisser insensibles les ménages.

 

La prime à la casse c’est quoi ?

 

La prime à la casse, c’est ce fameux dispositif incitatif mis en place par l’État sous l’ère Sarkozy et perpétré depuis sous diverses formules pour récompenser les acquéreurs de voitures neuves. L’idée du mécanisme : inciter les automobilistes à se débarrasser de leurs vieilles voitures polluantes.

Comment ça marche ? Concrètement, lorsqu’une personne s’investit ainsi dans l’achat d’un véhicule neuf répondant à une liste de certains critères définis par le gouvernement, une prime lui est reversée. Le montant de cette prime variant en fonction de certains paramètres dont le principal étant le taux d’émission de CO2 du nouveau véhicule acheté. Pour ce qui est du paiement de la prime, deux solutions sont mises en œuvre en pratique. Ou bien le montant acquis est avancé par le concessionnaire sous forme de déduction sur le prix du véhicule acheté, ou bien l’acquéreur adresse une demande par courrier à l’Agence de Services et de Paiement (ASP).

 

Prime à la casse : état des lieux des réformes voulues par Nicolas Hulot pour 2018

 

Nicolas Hulot Prime a la casse 2018

 

Pour concrétiser son « plan climat », Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique, apporte un toilettage ambitieux au vieux mécanisme de la prime à la casse.

Dévoilé il y a quelques jours, le nouveau « dispositif de la prime à la conversion », prévoit en effet un élargissement conséquent des aides apportées par l’État et ce à différentes échelles. Ainsi, si auparavant, seuls les ménages non-imposables pouvaient prétendre à l’aide de l’État lors de l’achat d’un véhicule neuf, en 2018, tel ne sera plus le cas. Tous les ménages seront désormais éligibles. S’agissant du montant de la prime, si en 2017, les aides variaient entre 500 et 1000 euros, en 2018, le gouvernement prévoit de doubler ce plafond pour les ménages les plus modestes, le montant minimum étant de 1000 €.

Ainsi, en consentant de troquer leurs vieilles voitures contre un nouveau véhicule, les familles les plus modestes pourront toucher 2000 euros d’aide de la part de l’État. Autre grande nouveauté prévue par la réforme Hulot : les subventions de l’État pourront concerner également les véhicules d’occasion. Autrement dit, même en achetant une voiture d’occasion, un acquéreur pourrait bénéficier de la prime de conversion. De quoi encourager la transition vers un transport vert.

 

Prime à la casse Hulot : panorama des nouvelles conditions d’éligibilité

 

Pour pouvoir bénéficier des largesses du dispositif « prime à la casse » 2018, les contribuables devront réunir certaines conditions.

Ainsi, s’agissant des véhicules thermiques, le dispositif sera applicable si l’acquéreur accepte de changer sa vieille voiture contre un véhicule neuf ou d’occasion émettant moins de 130g de CO2 par km et affichant la vignette Crit’Air 0, 1 ou 2. Dans ce cas, l’État pourra alors lui accorder une subvention de 1000 euros quel que soit son revenu. Les revenus non-imposables pouvant, eux, prétendre à une surprime de 1000 euros en sus. Le plan Hulot 2018 conditionne l’octroi de la prime à un certain nombre de critères supplémentaires en ce qui concerne le véhicule cédé pour destruction. Ainsi, dans l’hypothèse où la voiture mise au rebut est un véhicule à essence, il faudra que sa première immatriculation remonte à avant 1997. Si par contre il s’agit d’un véhicule diésel, la mise en circulation originelle devra dater d’avant 2001. Si l’achat concerne cette fois-ci un véhicule électrique neuf, le nouveau dispositif Hulot prévoit de récompenser les acheteurs par une prime de 2500 euros doublé d’un bonus écologique de 6000 euros. Ces montants seront réajustés entre 1000 ou 2000 euros si la voiture électrique achetée est d’occasion selon que l’acquéreur est ou non imposable.

 

Qarson : le choix le plus judicieux pour profiter des largesses du dispositif Hulot en 2018

 

Au-devant des perspectives alléchantes dessinées par la réforme du mécanisme de la prime à la casse, acheter un véhicule s’avèrera donc une opération rentable en 2018.

Dans ce contexte, pour trouver rapidement leur bonheur automobile dans le cadre des conditionnalités posées par le nouveau dispositif Hulot, l’idéal sera pour les acquéreurs de recourir à un mandataire auto. Et sur ce créneau, s’il est un partenaire vers lequel les acheteurs pourront se tourner pour réaliser leur projet en toute confiance, c’est bien Qarson. La raison ? Et bien tout simplement parce que Qarson est aujourd’hui le meilleur distributeur auto multimarques en termes tant de ventes que de locations « longue durée » (LLD). Mais ce n’est pas tout. Avec les remises significatives qu’elle est en mesure de consentir, Qarson est aussi l’une des rares enseignes qui vous permettra d’accéder à 1500 véhicules éligibles à la prime à la conversion 2018.

Alors n’attendez plus si vous voulez faire d’une pierre deux coups : rouler propre avec Qarson tout en faisant des économies significatives…