Comparé entre octobre 2001 et janvier 2015 le marché du diesel affiche une baisse de 59 % en janvier 2015. Dans un communiqué de presse, l’Argus énumère les différentes raisons de cette diminution qui ne cesse d’accroître depuis 2013. Le magazine tire la sonnette d’alarme sur les incidences pour les constructeurs et les particuliers.

Recul de la vente de véhicule diesel au profit des voitures essence

Les moteurs essence sont de plus en plus performant et de moins en moins gourmand en carburant. En ville, les automobilistes privilégient les véhicules essence

Le marché du diesel connait une décroissance depuis 2013

En raison de l’arrivée de moteurs à essence trois cylindres turbo, d’une taxe sur les moteurs gazole – essence, le diesel n’est plus le favori des habitants des villes depuis 2013. On ne trouve plus de citadines roulant au gazole et plus aucune n’est présente dans le catalogue des constructeurs, la dernière étant la Fiat Panda datant de 2012. Dans cette gamme, la vente de diesel s’élève à 60 % en 2012 pour atteindre 41 % en janvier 2015. Dacia est la marque la plus concernée par ce faible pourcentage avec une vente auparavant de 81 %, tombée à 57 % depuis l’arrivée des moteurs de 0.9 TCe. Par contre les marques allemandes sont épargnées par une demande encore importante pour les grandes routières et les berlines familiales.

Les voitures diesel ont de plus en plus du mal à ce vendrent

Les constructeurs ont du mal à revendre leurs véhicules diesel. Les particuliers qui achètent des voitures diesel seront confrontés à des reventes difficiles ces prochaines années.

Impacts de la baisse des ventes de voitures diesel

L’Argus dénonce deux impacts principaux de cette baisse historique. L’un pour les constructeurs qui rencontreront de gros problèmes à vendre leur stock de véhicules diesel et l’autre pour les particuliers qui affronteront des difficultés à vendre leur voiture diesel d’occasion. L’offre va rapidement excéder la demande, d’autant plus que plusieurs grandes villes de France ont annoncé interdire les véhicules roulant au Diesel à l’intérieur de leur agglomération.

Impacts de la baisse des ventes de voitures diesel selon les catégories

Certains modèles diesel sont encore très appréciés notamment par les automobilistes habitant le milieu rural, ceux parcourant un kilométrage annuel élevé et les entreprises dont certains modèles leur sont destinés. Pour les premiers segments du marché les constructeurs restent riches en diesel mais le marché de l’occasion commence à être saturé. Par exemple entre 2012 et 2014, la valeur résiduelle de la Peugeot 208 diesel 1.4 HDI a diminué de 2 à 3 points par rapport à la 207 diesel. Cette différence correspond à environ 520 € de perte sur le prix moyen de vente pour un particulier. Certaines versions plus puissances se vendent plus aisément comme l’HDI 92 diesel, par contre la HDI 112 ne se vend plus puisque les moteurs essence sont moins chers, plus économiques et plus légers.

Quelques pourcentages sur l’état du marché du diesel en France et en Europe

Par segment en France :

  •  Polyvalentes : – 16 %
  • Compactes : – 11 %
  • Citadines et petits SUV : – 8 %
  • Petits monospaces : – 7 %
  • Monospaces compacts : – 6 %

Pourcentages des ventes de diesel en France et en Europe

1980 : France : 10 % – Europe 7 %
2008 : le sommet des ventes en France 77 % – Europe 53 %
2013 : France 67 % – Europe 53 %
2014 : France 64 %
01/2015 : France 59 %

Infographie Argus

Infographie du marché du diesel en France en janvier 2015

L’argus a fait l’état des lieux du marché du diesel en France. Les ventes du diesel est très largement en baisse.

Etude de la baisse du marché du diesel en Europe

Le marché du diesel est également en recul, légèrement moins prononcé que le marché Français.