On pourrait croire que les membres du gouvernement sont sensés montrer l’exemple à leurs fidèles citoyens et dont être une véritable source d’exemplarité pour le peuple. On a pourtant bien du mal à le croire lorsque l’on apprend que le sénateur vert EELV Jean-Vincent Placé devrait le plus rapidement possible régulariser pas moins de 133 amendes d’un montant total de 18 161 euros pour des excès de vitesse et des stationnements gênants à répétition. Une affaire qui fait un peu désordre au sein du gouvernement.

jean-vincent place excès de vitesse

Le sénateur Jean-Vincent Placé doit toujours plus de 18000 euros à l’État pour excès de vitesse. 133 amendes cumulées et même pas inquiété, comme quoi le graissage de pattes a toujours la côte.

Placé, un fou du volant ?

Visiblement, le porte-parole d’Europe Écologie les Verts est un fervent amateur de vitesse puisqu’il aurait accumulé par moins de 133 amendes pour des excès de vitesse qu’il aurait commis avant 2010. C’est d’ailleurs en août 2010 que le journal satirique le Canard Enchainé avait indiqué que le sénateur EELV avait accumulé près de 22 000 euros d’amende pour des excès de vitesse. Si la polémique était déjà grande à l’époque, elle l’est encore davantage aujourd’hui puisque l’on découvre que l’élu écolo ne se serait toujours pas acquitté de sa dette !

Et pour preuve, c’est dans un courrier daté du 12 novembre dernier émis par la région Ile-de-France que l’on découvre qu’il serait réclamé à M. Placé la somme totale de 18 161 euros pour le non-paiement de 133 amendes. Une somme incroyablement élevée que ne conteste en aucun cas l’élu écolo mais qui confirme avoir déjà payé le « capital » par un chèque d’environ 7 000 euros en 2010. M. Placé aurait donc vraisemblablement fait appel à la Trésorerie centralisée des amendes à Rennes pour une renégociation des pénalités ! Alors si le porte-parole EELV assume avoir commis ces infractions, il nie totalement l’existence d’éventuels courriers de relance envoyés par l’administration pour régler son cas.

Un élu qui sera peut-être bientôt gracié ?

Si on sait maintenant que l’élu écolo aurait bien tenté une renégociation de ses infractions, Me Rémy Josseaume membre, de l’Automobile Club des avocats estime qu’il aurait en fait demandé un remise gracieuse sur l’ensemble de ses PV non payés : une procédure qui n’aboutit que très rarement à une réponse positive. Néanmoins, Jean-Vincent Placé pourrait pourtant bien être exempté de devoir payer le montant total de ses amendes puisque « la prescription intervient au bout de trois ans si l’administration n’a pas diligenté de nouvel acte » selon Me Josseaume.

A l’heure où les débats sur l’abaissement de la vitesse sur les autoroutes à 120 km/h et sur la mise en place de la circulation alternée créent toujours autant la polémique, cette affaire suscite encore de vives réactions. Et encore plus dans la mesure où il s’agit d’un porte-parole écologiste ! Une question nous vient maintenant à l’esprit : avec 18 000 euros d’amende, M. Placé ne doit plus avoir beaucoup de points sur son permis de conduire non ?