Alors que nous avons appris ces derniers jours l’abaissement de la vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien de 80 km/h à 70km/h, les accidents mortels n’auront jamais été autant au cœur des priorités du gouvernement et du Conseil national de la sécurité routière qui n’ont maintenant qu’un seul souhait : Diminuer drastiquement le nombre de tués sur les routes françaises chaque année. Cela semble plutôt en bonne voie lorsque l’on découvre qu’entre 2001 et 2010 les accidents dus à un excès de vitesse supérieur de 20km/h ont diminué de 25% à seulement 6% aujourd’hui sans doute grâce à nos amis les radars. Nous nous sommes intéressés aujourd’hui à ce que l’on risque vraiment en cas d’accident de voiture dû à un excès de vitesse du côté des assurances.

Accident violent d'une ancienne Audi A3, dû à un excès de vitesse. L'Audi A3 est coupée en 2 suite au choc.

Accident violent d’une ancienne Audi A3, dû à un excès de vitesse. L’Audi A3 est coupée en 2 suite au choc.

Attention, ça peut vite coûter cher !

Deuxième facteur d’accident mortel en France après l’alcool, les excès de vitesse représentent un véritable fléau que le gouvernement tente tant bien que mal d’enrayer à tout prix. C’est en multipliant les radars un peu partout et en abaissant probablement bientôt la vitesse à 120 km/h sur les autoroutes que la Sécurité routière espère voir les chiffres des accidents mortels régresser en masse. En attendant, les accidents dus à des dépassements de vitesse sont toujours là et peuvent parfois vous coûter très cher. Faisons d’abord un petit récapitulatif des sanctions pénales et financières encourues.

– Pour un excès de vitesse inférieur à 20 km/h hors agglomération : 1 point et 68 euros d’amende qui passe même à 135 euros dans le cas d’un dépassement en agglomération.
– Pour un excès entre 20 et 30 km/h au dessus de la normale, comptez sur un retrait de 2 points sur votre permis et sur 135 euros d’amende.
– Entre 30 et 40 km/h au-dessus de la limite autorisée, l’amende reste de 135 euros mais le retrait de points s’élèvera à 3 points !
– Un excès de vitesse de plus de 50 km/h pourra vous coûter jusqu’à 6 points en moins et 1 500 ans d’amende.
– Enfin, si vous êtes un récidiviste, l’excès de vitesse de plus de 50 km/h coûtera au conducteur 6 points en moins ainsi que 3 750 euros d’amende forfaitaire.

Le mieux est donc toujours d’éviter toute tentation de se prendre pour un vrai pilote de course au risque de devoir supporter de lourdes sanctions financières.

Et du côté des assurances ?

Il est tout d’abord important de rappeler qu’un excès de vitesse ne peut en aucun cas être sanctionné par un assureur s’il est de nature innocente, c’est à dire qu’il n’a pas causé de préjudice à autrui. En revanche, si l’excès de vitesse est à l’origine d’un accident, la situation de l’assuré devient beaucoup plus complexe.

En effet, si la responsabilité civile du conducteur lui permet de bénéficier du remboursement des dommages corporels et financiers causés à un tiers, l’après-indemnisation est parfois beaucoup plus difficile à assumer. Sachez par exemple qu’un accident responsable aura un impact non négligeable sur votre malus qui passera à 125% ! Il passera à 112,5% dans le cas d’un accident partiellement responsable tout en sachant que le malus ne peut jamais dépasser les 350%. Par ailleurs, il est important de prendre conscience qu’un assureur peut parfaitement décider de réévaluer votre prime d’automobiliste s’il vous considère comme un conducteur dangereux.

Le mieux est encore d’éviter de poser son pied trop fort sur le champignon car le préjudice est vraiment trop important. La réduction des limitations de vitesse étant tellement à la mode ces derniers temps, on peut se demander si à terme, les français sauront encore ou se situe la pédale d’accélérateur !

Crédit photo : Koreus.com