Nous avions déjà eu l’occasion de vous parler de cette histoire, au début du mois dernier, et dans laquelle nous avions pu vous expliquer que les futurs possesseurs de Mercedes Classe A, B et CLA ont vu leur futur véhicule bloqué aux frontières pour une histoire de climatisation. Retour sur cette incroyable histoire.

Le conseil d'Etat rouvre les immatriculations pour Mercedes et son gaz HFC-134a

Le conseil d’Etat rouvre les immatriculations pour Mercedes et son gaz HFC-134a

Une situation peu banale

Toute l’histoire avait commencé en janvier 2011 où l’instauration de la nouvelle norme européenne visant à supprimer le gaz HFC-134a avait créée la polémique. Jugé dangereux pour l’environnement, le gaz avait été interdit d’utilisation. Néanmoins, Mercedes avait décidé de continuer d’utiliser ce gaz frigorigène pourtant interdit pour les Classe A, Classe B et CLA. Résultat ? L’administration française avait décidé de bloquer les voitures aux frontières en provoquant la colère des futurs propriétaires.

Tout va rentrer dans l’ordre

La décision est tombée le 27 aout : La décision de bloquer les immatriculations de certains modèles du constructeur allemand a été suspendue ! Le Conseil de l’état a, en effet, énoncé le fait que l’utilisation de ce fameux gaz ne pouvait pas nuire gravement à l’environnement. De plus, l’État français a même été condamné à verser 3000 euros à Mercedes-Benz France.

Avec plus de 4500 voitures bloquées aux frontières dont plus de 2704 déjà vendues, on peut comprendre la joie du constructeur allemand à l’annonce de cette décision tant attendue. Le Conseil de l’état a affirmé que la décision du gouvernement français avait été trop « hâtive ».
Cependant, avant de crier victoire trop vite, Mercedes va devoir encore attendre la décision sur le fond du Conseil d’État, mais la marque reste confiante quant à l’issue de ce dossier.

Grande joie pour les futurs propriétaires qui devraient bientôt se voir, enfin, en possession de leur Mercedes neuve.

Photo : Mercedes