stock pneusA l’heure où le pouvoir d’achat des français en matière d’automobile est en berne, le secteur du pneu subit de graves conséquences. L’achat d’un pneu n’est jamais un achat de plaisir pour les consommateurs mais il s’avère pourtant bien indispensable.

Les Français repoussent en général au plus tard le remplacement de leurs pneus car pour eux, cela représente un investissement relativement conséquent. En effet, après un début d’année 2013 placée sous le signe de la morosité après les fermetures successives de plusieurs usines comme Continental ou Goodyear, les ventes de pneus sont en baisse. A titre d’exemple, Michelin, le leader dans ce milieu a affirmé que ses ventes totales de pneus avaient baissé de 12 % depuis le début de l’année 2013 après une baisse record de 14 % en janvier 2013. De plus, le titre de Michelin a perdu près 15 % depuis cette année.

Comment expliquer cette situation ?

Il y a une véritable baisse des ventes de pneus en Europe a affirmé le syndicat des professionnels du pneu. Néanmoins, ce dernier a pourtant démontré que la situation de la France n’est pas la pire du continent européen. La crise économique majeure que nous connaissons actuellement ainsi que la fermeture de nombreux sites de production en France sont sans doute à l’origine d’un pouvoir d’achat de plus en plus restreint. Résultat ? Les clients se tournent de plus en plus vers d’autres méthodes et vers le système D.

Une nouvelle technique en plein développement

Les particuliers se dirigent dorénavant vers une nouvelle technique de plus en plus en vogue et permettant d’éviter d’acheter de nouveaux pneus. Ainsi, le rechapage connait un véritable succès en ce moment. Ce procédé consiste à poser une nouvelle bande de caoutchouc sur un pneu déjà usagé. Ainsi, le client peut garder son ancien pneu tout en réalisant d’importantes économies. En 2012, on constate d’ailleurs que près de 12% des pneus étaient rechapés.

Aujourd’hui, l’avenir du pneu est fortement compromis par la crise conjoncturelle et par le fait que les Français surveillent de plus en plus leur porte-monnaie. Nous pouvons alors nous demander ce qu’il faut faire pour relancer le secteur ?